vendredi 1 février 2019

Un signe énigmatique


                                                                   DR                                                                            
Que signifie la croix après le mot "succès" (quatrième ligne en partant du bas) ?

jeudi 17 janvier 2019

À Charleville, on suit de près la lettre inédite de Rimbaud


Depuis la première révélation de la lettre de Rimbaud par Frédéric Thomas on observe à Charleville une avalanche  de publications, mais peu de commentaires de « spécialistes » J’invite nos amis rimbaldiens à le faire sur ce blog.

mardi 8 janvier 2019

L'affaire Rimbaud révélée par Médiapart


On regrette le silence médiatique fait en France autour de la publication de la lettre de Rimbaud à Andrieu. On apprend notamment que c’est Steve Murphy qui a expertisé cette lettre.

dimanche 6 janvier 2019

Verlaine et Rimbaud sur « France-Culture »


1/ Les amants scandaleux (29')


2/ Fait divers sordide et génie poétique (29’).





Avec : Bernard Bousmanne, directeur du Département des Manuscrits à la Bibliothèque Royale de Belgique ; Marc Gaillot, du Musée Verlaine de Juniville (08) ; Guy Goffette, poète et écrivain ; René Guitton, écrivain ; Henri Scepi, spécialiste de la poésie française du XIXe siècle et Lucille Pennel, directrice du Musée Rimbaud à Charleville.

dimanche 2 décembre 2018

La lettre de Rimbaud à Andrieu dans "Rimbaud vivant" 56/57


J’ai publié dans la prochaine livraison de « Rimbaud Vivant » 56/57 un article sur la lettre de Rimbaud révélée récemment. Pour moi, on y apprend surtout que Rimbaud a abandonné, en avril 1874, le projet des Illuminations pour un autre : « L’Histoire splendide ». C’est un événement considérable.

On objectera bien sûr qu’en 1875 Rimbaud demande à Verlaine d’envoyer à Germain Nouveau les Illuminations pour y être publiées. Cette objection qui semble imparable peut être levée et fera l’objet d’un prochain article

samedi 20 octobre 2018

Les splendides villes


Dans le début de l’entretien qu’il a donné à Rimbaud ivre, Olivier Bivort exprimait qu’adolescent il ne voulait pas croire que La Saison en enfer racontait une capitulation de Rimbaud comme on le disait encore. Il voyait dans la phrase du dernier paragraphe d’Adieu, un nouveau départ : « Et à l’aurore, armés d’une ardente patience, nous entrerons aux splendides villes. »

On peut dire aujourd’hui que la lettre de Rimbaud à Jules Andrieu qui expose le projet d’une « Histoire splendide » confirme cette belle intuition d’Olivier Bivort.