mardi 9 janvier 2024

Un don important pour le musée de Charleville (mis à jour le 17 février)

 

Lot 143.  DR. Piasa.

Un particulier a acquis, le 8 décembre à Paris (lors de la vente aux enchères du manuscrit de « L’Éternité »), plusieurs lettres et documents rares, moyennant 280 000 euros. Il vient d’en faire don à la ville natale d’Arthur Rimbaud.
Le don comprend notamment le poème Ce qui retient Nina, recopié et signé “Arthur Rimbaud” de la main de Paul Verlaine.
  Source  

Mise à jour du 17 février : le mystérieux donateur est l' entrepreneur ardennais Pascal Urano

mercredi 20 décembre 2023

Un nouveau président des Amis de Rimbaud

 

De gauche à droite : Pierrette Dupoyet, Gaëlle Vatimbella, Alain Borer,
Patricia Bonnin, Corentin Carlier, Christophe Arnaud et Nicolas Chabanne

L’assemblée générale de l'association des Amis de Rimbaud du samedi 16 décembre s’est déroulée en présence de Jean-Noël Tessier-Rimbaud fils de Jacqueline à laquelle cette AG était dédiée.

Le nouveau bureau a deux vice-présidents : Gaëlle Vatimbella est vice-présidente chargée du secrétariat général et Nicolas Chabanne est vice-président chargé de la trésorerie. Restent membres du bureau Christophe Arnaud et Patricia Bonnin. Les entrants sont Corentin Carlier et Pierrette Dupoyet.


Alain Borer succède à Alain Tourneux comme président. Il faut rendre hommage ici à Alain Tourneux qui a assuré cette présidence depuis 7 ans. Il a réalisé un travail considérable et a réussi à remettre à flot l’association grâce à une gestion exemplaire. On lui doit notamment d’avoir réalisé la suite de la revue Rimbaud vivant dont le dernier numéro 62 est une anthologie, 1973-2023, 50 ans sur les pas d’Arthur. Cet ouvrage est un hommage à Jacqueline Teissier-Rimbaud.


L’idée de cette anthologie revient à Jean-Baptiste Baronian qui a sélectionné les premiers articles figurant dans cette publication. Jean-Baptiste Baronian est désormais le correspondant de l’association pour la Belgique.


Alain Borer est comme chacun sait un personnage historique de la rimbaldie et sa place de président des Amis de Rimbaud est une chance pour l’association.


Tout se présente bien en cette fin d’année pour une nouvelle année pleine de promesses pour les Amis de Rimbaud.

vendredi 8 décembre 2023

Le prix de l'Éternité

Le manuscrit du poème L'Éternité de Rimbaud a été adjugé pour 540 000 euros, beaucoup plus que la valeur estimée.

On peut consulter ce lien. Et celui de notre article.


dimanche 26 novembre 2023

Succès du colloque Banville, premières impressions

Le colloque Banville s’est terminé hier. Très bien organisé sur deux jours, des communications originales permettent de renouveler l’importance de Banville. De grands spécialistes (voir le programme) étaient présents. Il faudrait tout citer. L’ambiance était conviviale. Il renouvellera la perception de Banville poète assez oublié. 


 En ce qui concerne Rimbaud j’ai pu faire ma communication sur le dialogue entre Rimbaud et Banville avec d’intéressantes questions posées par Alain Chevrier et Yalla Seddiki.


Gérard Dôle a pu présenter au public la photo de Rimbaud qu’il a découverte.

Il faut féliciter les organisateurs Pierre Brunel et Jean-Marc Hovasse qui ont assuré le succès de ce colloque passionnant


Je donnerai prochainement des précisions concernant la date de la publications des actes du colloque


Dans le train,


Jacques Bienvenu

vendredi 17 novembre 2023

Colloque Banville du 24-25 novembre


Cliquer sur l'image


Ce colloque est organisé par Pierre Brunel, Etienne Crosnier et Jean-Marc Hovasse à l’occasion des deux cents ans de la naissance de Banville.


J’interviens le samedi 25 à 16h 45 pour une communication intitulée : « Le dialogue de Théodore de Banville et d’Arthur Rimbaud », Université Sorbonne Paris IV,  Amphithéâtre Guizot, 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris

Voir aussi ce lien

mercredi 15 novembre 2023

Le manuscrit de "L'Éternité" retrouvé et mis en vente

 

DR. Piasa.

Jean Richepin avait confié à Paterne Berrichon des manuscrits de Rimbaud. Celui-ci dévoila leur existence, le 1er mai 1914, dans un article du Mercure de France intitulé « versions inédites d’illuminations ». Puis il en publia les fac-similés dans « Les Manuscrits des maîtres », Albert Messein, 1919.


Cependant ces manuscrits de Richepin avaient mystérieusement disparu et depuis la mort du poète en 1926 on ne savait pas ce qu’ils étaient devenus.


Le manuscrit de L’Éternité provient de la collection d'un bibliophile « passionné et secret » qui les compila de 1930 à 1990.


La maison Piasa annonce qu’elle va mettre en vente ce manuscrit qui a été présenté hier à Charleville-Mézières. Il est la pièce maîtresse de la vente et annoncé à 300 000 euros.


La vente aura lieu le 8 décembre à la maison Piasa à Paris. 

samedi 11 novembre 2023

Un livre important d'Alain Vaillant sur "Une Saison en enfer"

 


Alain Vaillant vient de publier un petit livre de 175 pages aux excellentes éditions Champion intitulé : Une Saison en enfer de Rimbaud, ou le livre à « la prose de diamant ».

Alain Vaillant est connu pour avoir été l’un des directeurs du dictionnaire Rimbaud édité chez Garnier.

Son livre se propose de donner une interprétation nouvelle d’Une Saison enfer. Il précise dans son Avant-propos qu’il s’est imposé une règle de conduite qui consiste à s’en tenir à la lettre même du texte. Il précise que ce livre est le résultat d’un compagnonnage ininterrompu d’un demi-siècle avec Rimbaud.


Alain Vaillant veut expliquer toutes les phrases mystérieuses de Rimbaud qu’il présente comme des énigmes qu’il cherche à résoudre comme un détective. Il parle de « l’herméneutique littéraire comme d’une enquête policière ».

Il examine plusieurs possibilités. Il revient dans ses explications à des intertextes, des digressions sur des auteurs du 19e siècle. Flaubert a sa prédilection. Il a recours à des explications historiques, plaçant Rimbaud dans son époque. Il évoque aussi des  rimbaldiens connus pour appuyer ses thèses.

 Sur les problèmes classiques de La Saison voici quelques exemples :


L’auteur s’étend longuement sur l’identification l’époux infernal/ Rimbaud et de la vierge folle/Verlaine. Il juge l’attribution vraisemblable.

Plus généralement Il écrit « La Saison n’est pas une autobiographie. Mais elle contient beaucoup d’autobiographique. » Il ajoute : « Rimbaud ne doit pas être confondu avec le personnage de La Saison. »


 Sur l’homosexualité Alain Vaillant écrit que l’oeuvre de Rimbaud n’est pas concevable sans l’homosexualité et la difficulté à en parler à cette époque. « arriver à l’inconnu par le dérèglement de tous les sens » est le moyen poétique pour y arriver.

Dans l’étude de Mauvais sang l’auteur voit dans l’évocation de la luxure et de la castration que Rimbaud fait d’obscures et fugitives allusions sur son homosexualité. Il ne pense pas que « le vice qui a poussé ses racines de souffrances à mon côté, dès l’âge de raison » soit justement l’homosexualité mais « l’idolâtrie religieuse, le mauvais christianisme de la race inférieure »


Dans « Le prologue » il montre que le « festin ancien » n’est rien d’autre que le bonheur de la foi religieuse, mais il ajoute que Rimbaud a trop de lucidité pour retomber dans l’ornière de la foi. C’est une impasse : il n’y aura pas plus de retour vers l’enfer  que vers le paradis de la religion.


Concernant les brouillons il estime « qu’il est utile de confronter ces ébauches avec la version finale, mais elles n’ont aucune préséance sur elle, précisément puisqu’elles ont été abandonnées. »


Il explique que La Saison fait de brusques embardées ou volte-face qui rendent ce texte si difficile à suivre.

Il évoque la phrase : « Un soir, j’ai assis la Beauté sur mes genoux -Et je l’ai trouvée amère-Et je l’ai injuriée. Et explique : « cette répudiation de la beauté contient en germe le renoncement au vers mesuré ». Sa poésie est un instrument de connaissance de soi ( Je est un autre). Le poète ne doit pas se contenter d’écrire mais tout risquer pour libérer l’inconnu en soi.


Il explique la fin d’ Adieu « il me sera loisible de posséder la vérité dans une âme et dans un corps » par un happy end sentimental «  le « je » amoureux, grâce à son séjour dans l’enfer a acquis le droit de connaître l’amour - le vrai, à l’inverse des « vielles amours mensongères et des couples menteurs » il ajoute que la critique refuse de voir ce qu’il y a dans le texte ».



Je me permets à présent de faire quelques critiques. Alain Vaillant observe que dans Alchimie du verbe, Rimbaud a supprimé une strophe du Château romantique par rapport à une autre version. Il écrit :

 

« la suppression d’une strophe est particulièrement significative : « Ah! Mille veuvages /De la si pauvre âme /Qui n'a que l'image /De la Notre-Dame! Est-ce que l'on prie/ La Vierge Marie ? L’allusion à Verlaine (« Je suis veuve », disait la Vierge folle) y était transparente.


Mais ce n’est pas de Verlaine qu’il s’agit ici. D’abord au moment où le poème est écrit Verlaine n’est pas du tout veuf. Au contraire, il a éloigné Rimbaud pour se rapprocher de sa femme. Pour sa bigoterie elle était aussi à venir. Tout le monde sait que Verlaine cultivera sa foi retrouvée en prison et qu’il écrira Sagesse. En réalité Rimbaud s’en prend ici à Hugo. Il suffit de lire un extrait du commentaire que fait Léon Valade de L’Année terrible dans La Renaissance littéraire et artistique, pour le comprendre. Rimbaud l’a lu à coup sûr puisqu’il figure dans le premier numéro de la revue qui paraît en avril 1872 :

« Telle est la grandeur épique en ce volume, où d’ailleurs l’infini variété des tons s’égaie au vertigineux entassement des catastrophes. Un deuil de famille s’ajoute pour le poète au deuil public : un père est frappé cruellement, et voici que nous retrouvons dans ces pages un écho de la plainte déchirante, inoubliable, que nous avions entendu déjà dans le livre des contemplations. » 

Faut-il rappeler en effet que Hugo avait exprimé dans les contemplations les douleurs de son âme après la mort de sa fille. Parmi les veuvages il faut donc comprendre ces deuils et la souffrance de l’Exil. Mais les deux vers suivant sont encore plus explicites : Qui n'a que l'image /De la Notre-Dame! Est-ce que l'on prie/ La Vierge Marie ? Faut-il le dire ? Cette image renvoie inévitablement au poète auteur universellement connu de Notre Dame de Paris et à sa piété dont Rimbaud s’était déjà moqué dans l’Homme juste


À la page 69, l’auteur évoque la dernière section de Mauvais sang dans laquelle Rimbaud écrit : 

Où va-t-on ? Au combat?  Je suis faible ! Les autres avancent. Les autels, les armes…le temps.


Alain  Vaillant écrit une note que je reproduis intégralement : 


David Ducoffre lit sur le brouillon de « Mauvais sang » « autels » au lieu de « outils »(Voir David Ducoffre, «  les ébauches du livre Une saison en enfer , dans Lectures des poésies et d’Une saison en enfer de Rimbaud, dir.S.Murphy, PUR, 2009, P.197). Mais le tracé manuscrit n’est pas si évident qu’il doive invalider la version imprimée, d’autant que, que dans l’idée de marche en avant qui est évoquée par le texte, la présence d’ « autels » reste problématique.


Si Alain Vaillant n’est pas d’accord il faut dire aussi qu’il ne l’est pas avec La Pléiade qui écrit : Le texte imprimé donne outils, rectifié d’après le brouillon ( p.928)

Ici Alain Vaillant prend un risque. Si sa lecture de « autels » est fausse alors il doit remettre en cause toute son analyse. En effet selon lui « un seul indice incompatible avec le scénario échafaudé par les enquêteurs oblige à tout reprendre à zéro. » Pour la thèse de Ducoffre on peut voir aussi son article « Le sabre et le goupillon » sur notre blog.


Enfin cette étude aurait gagné en lisibilité si elle reproduisait en marge de chaque critique le texte imprimé. 


Néanmoins, pour conclure je dirai que cette étude est stimulante. La lecture pas-à-pas du texte de Rimbaud  me semble novatrice. Je pense que cet ouvrage est digne d’être une référence pour les rimbaldiens.