samedi 26 juillet 2014

Dossier de l'été : L'abyssinienne de Rimbaud, par Jean-Michel Cornu de Lenclos


Un très important dossier en plusieurs parties sera consacré cet été à l’abyssinienne de Rimbaud  sur le blog Rimbaud ivre. En voici l'annonce :



lundi 23 juin 2014

Rimbaud et l'autre texte, par André Guyaux, seconde partie

Voir première partie


S’approprier l’autre
La traduction de textes littéraires en tant qu’interprétation et réception créatrice.
Textes réunis par Thomas Klinkert

Berlin, Erich schmidt verlag, 2011, p.65 -71

jeudi 12 juin 2014

Rimbaud et le kât, par Jean-Michel Cornu de Lenclos





DR









Jean-Michel Cornu de Lenclos s'est  expliqué dans son article du 9 juin. J'ai la conviction qu'il va complètement renouveler notre vision de Rimbaud vivant en Afrique et donc notre vision du poète. Nous ne pourrons donner sur ce blog qu'un faible aperçu de son travail. Son aventure est celle d'un engagement total, unique, passionné, d'un rimbaldien dans le sens noble du terme.

Jacques Bienvenu




Voici son article :









lundi 9 juin 2014

RIMBAUD NÉGOCIANT, UN VOYAGEUR COMMIS À HARAR, par Jean-Michel Cornu de Lenclos



Jean-Michel Cornu de Lenclos sur sa jument Comtesse, compagne de nombreuses explorations sur les traces de Rimbaud.
                                                             Droits réservés



La préparation de notre édition de Barr Adjam avec le lot de documents anciens qu’elle fit surgir m’engagea à entreprendre des recherches à Harar. Une destination pas si exotique pour moi qui « pivotait » depuis tant d’années dans « ces étranges contrées ». Cette vie harari reste un épisode obscur qui a énormément contribué au « mythe Rimbaud », paradoxalement elle  n’avait jamais été étudiée sur place. J’ai pu accéder en 2010 aux archives de la mission catholique de Harar, localiser le dernier refuge de Rimbaud, renseigner les photographies prises par Rimbaud lui-même en 1883, identifier et  documenter les inédits retrouvés dans les archives Bardey, et commencer ainsi à mettre en perspective et à compléter les épisodes de cette vie harari. Ce travail d’enquête sur le terrain tente de reconstituer l’humaine condition d’un individu doublement marginalisé. Tout d’abord, dans la continuité de son désaveu de la société bourgeoise, marginal vis-à-vis des Européens qu’il fréquentait peu, sinon pour ses affaires. Marginal aussi vis-à-vis de la société harari qu’il chercha à "s’assimiler" pas sa maîtrise des langues et par certaines pratiques. Un dépaysement que Rimbaud semble avoir fortement investi, pas seulement sur le plan économique, en tout cas pas à cause de son négoce mais grâce à lui. Notre hypothèse est que cette acculturation lui permit une recréation de soi, métamorphose pas singulière si l’on songe à Gauguin et à Monfreid. Cette expérience de l’ailleurs nous paraît être le ressort décisif de ses séjours à Harar. Rimbaud trouva dans cette situation d’expatriation, de marginalité, d’hétérodoxie, les raisons d’un renouvellement de sa personnalité. D’autres profils à présent se dessinent pour la critique littéraire, pour l’histoire ethnographique et pour l’histoire coloniale de ces contrées. Le négociant Rimbaud a-t-il jamais été ce raté, ce malchanceux en affaires, ce "tropical tramp" venu chercher dans l’anonymat d’une cité perdue une expiation consentie ? 


dimanche 1 juin 2014

" ORDRES BIJOUTERIES CUIVRE ", par Jean-Michel Cornu de Lenclos













Jean-Michel Cornu de Lenclos, chercheur à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, est l’éditeur de la nouvelle édition de Barr-Adjam (L’Archange Minotaure, juin 2010), et l’organisateur du colloque « Rimbaud l’Éthiopien » à l’université d’Haremaya (Harar) en 2011. Des photos de ce colloque on été publiées sur ce blog. Claude Jeancolas nous en a donné un compte rendu et nous avons déjà signalé un article important de Jean-Michel Cornu de Lenclos.Voici un premier article entièrement  inédit de l’éditeur de la nouvelle édition de Barr-Adjam. Deux autres articles inédits seront publiés prochainement.