samedi 10 octobre 2020

Une lettre en arabe adressée à Rimbaud révélée dans le Coran ayant appartenu au poète

 

DR. IMA. Cliquer sur l'image.
                                                             

Nous avions signalé le 9 septembre qu’un Coran ayant appartenu à Rimbaud allait être exposé à l’institut du Monde Arabe le 20 septembre. Suite à cette exposition nous avons appris grâce à la conservatrice Mme Olga Andriyanova que ce Coran comportait une lettre inédite écrite en arabe adressée à Rimbaud par l’abban Fârih Kali dont l’existence est attestée par une lettre de Sotiro à Rimbaud du 10  juillet 1891. Sotiro lui apprenait que son Abban Fârih Kali était mort empoisonné par sa femme.  


On peut voir ci-dessus cette lettre et sa transcription avec les explications de Mme Olga Andriyanova.


Hugues Fontaine qui était présent lors de l’exposition a réalisé un beau dossier sur ce sujet.


Note : dans le catalogue de l'exposition Rimbaud de la Bibliothèque Nationale de 1954 sont mentionnés :

450. Coran. Traduction française ayant appartenu à Rimbaud - A Mme Pierre Dufour.

451. Coran manuscrit XIXe s., en provenance du Harrar.-AM. Joseph Tubiana.


samedi 3 octobre 2020

Des rimbaldiens opposés à une panthéonisation abracadabrantesque : Olivier Bivort, Gérard Martin, Steve Murphy, Dominique de Villepin

 


Dominique de Villepin qui a publié naguère : Éloge des voleurs de Feu est un rimbaldien connu. Il vient de publier un important article dans le journal Le Monde dans lequel il s’élève contre la panthéonisation d’Arthur Rimbaud. Rappelons que c’est lui qui avait soufflé à Jacques Chirac le mot abracadabrantesque d’Arthur Rimbaud. Nous avons d’ailleurs appris depuis que Rimbaud n’était pas le premier à avoir utilisé ce terme. Dans son article argumenté l’ancien premier ministre exprime que le débat est loin d’être anodin. « la question d’une éventuelle panthéonisation est loin d’être anecdotique puisqu’en creux se joue la meilleure réponse à apporter aux discours empoisonnés sur l’identité ». Il affirme que « pour Rimbaud, le contresens est total. Pour ce fils du soleil, fulminant contre l’homme blanc et les inepties occidentales qui, à 18 ans, a tourné le dos au Vieux Continent et à la littérature, cette panthéonisation serait une monstruosité ».


Gérard Martin qui fut conservateur pendant trente ans de la bibliothèque de Charleville a exprimé dans un enregistrement peu relayé, que cette panthéonisation n’était pas souhaitable : « je ne pense pas que ce soit une très bonne idée parce que Arthur Rimbaud était quelqu’un de révolté qui se moquait des honneurs, je ne pense pas qu’il ait vraiment sa place au panthéon alors que sa poésie est au panthéon de la littérature mondiale, mais lui en tant que personne je ne suis pas sûr qu’il ait sa place au panthéon » ( voir le second enregistrement )


J’ai déjà signalé un article d’Olivier Bivort contre cette panthéonisation, mais le grand spécialiste de Verlaine éprouve le besoin de faire une mise au point :  « Il ne vient pas à l’esprit de MM. Martel et Cie qu’un homme libre vive aussi sa sexualité librement. Si personne ne songerait à nier que Verlaine et Rimbaud ont entretenu des « amours de tigre », sont-ils pour autant, comme on veut nous le faire croire, des porte-drapeaux de la cause LGBT ? Rien n’est moins sûr. Leur orientation sexuelle suffit-elle à faire d’eux les candidats idéaux à offrir à la reconnaissance de la « patrie » ? Il est légitime de ne pas partager ce point de vue. »


Pour ma part, je ne connais aucun rimbaldien qui soit d’accord avec Frédéric Martel. Il me paraît utile de signaler à cet effet que c’est un fait connu des rimbaldiens que Steve Murphy est opposé au projet de panthéonisation.