mercredi 13 juin 2018

Expositions Rimbaud à Charleville





Deux expositions du 23 juin au 30 septembre 2018 

Rimbaud // Verlaine, Parallèlement

Toi qui franchis ce seuil

                                            

Cliquer sur l'image pour agrandir

jeudi 31 mai 2018

Une note d'Arthur Rimbaud, première partie




Le professeur de Rimbaud Georges Izambard a raconté qu’il avait proposé, en 1870, à ses élèves le sujet de narration suivant : « Lettre de Charles d’Orléans à Louis XI pour solliciter la grâce de Villon menacé par la potence ». Nous disposons du précieux manuscrit du devoir rédigé par Rimbaud.


Sur une page du manuscrit, on observe au-dessus du mot « guerre » un astérisque qui renvoie en bas de page à :  Olivier Basselin, Vaux de Vire.


Pourquoi Rimbaud a-t-il voulu donner  cette indication à son professeur ?

Je me propose de montrer que cette note de Rimbaud peu exploitée par les critiques présente un intérêt inattendu. J’invite nos amis rimbaldiens à réfléchir dès à présent à cette énigme en attendant la suite annoncée.


JB

mercredi 23 mai 2018

Le Paris de Rimbaud


                                              Cliquer sur l'image pour l'agrandir

lundi 14 mai 2018

Conférence Rimbaud et la Belgique



Le samedi 19 mai à 16 H,  à  la Société des Poètes Français, 16 rue Monsieur Le Prince 75006 Paris, conférence Rimbaud et la Belgique par Jean-Baptiste Baronian auteur de plusieurs livres sur Rimbaud et maître d'oeuvre du dictionnaire Rimbaud. Cette conférence est organisée par l'Association des amis de Rimbaud.

Des informations inédites sur la présence de Rimbaud en Belgique seront données à cette occasion par Jean-Baptiste Baronian.

 À ne pas manquer !

mardi 1 mai 2018

vendredi 30 mars 2018

« Amour » et « Parallèlement » de Verlaine édités par Olivier Bivort



Un livre remarquable, paru récemment, nous intéresse à plus d’un titre. Il s’agit de la publication de deux recueils de Verlaine Amour et Parallèlement intelligemment regroupés par Olivier Bivort dans la collection « Le Livre de Poche, Classiques ». Ces publications verlainiennes sont relativement peu connues et pourtant elles présentent un intérêt considérable. 

Dans une introduction passionnante, Olivier Bivort retrace avec minutie et érudition l’éclosion de ces oeuvres dans le parcours verlainien. Il montre que Amour et Parallèlement reflètent l’expression de deux êtres qui cohabitent en lui : un coeur sentimental et mystique auquel s’opposent les démons d’un corps qui se révèlent en même temps. 

Parallèlement qui exprime en toute transparence et sans culpabilité l’homosexualité joyeuse de Verlaine peut être mieux compris aujourd’hui, car il avait été  peu accepté au moment de sa publication en 1889. Les deux recueils comportent des chefs-d’oeuvre. On peut retenir ici ceux qui concernent Rimbaud comme « Laeti et errabundi » qui célèbre la relation du poète avec l’auteur du Bateau ivre et qui répond à la fin de poème aux rumeurs de la mort de Rimbaud dans les années 1880 : « Quoi, le miraculeux poème/Et la toute philosophie,/ Et ma patrie et ma bohème/ Morts ? Allons donc! Tu vis ma vie ! ». On lira aussi le poème « Mains » cité par Olivier Bivort qui le qualifie d’  « extraordinaire » et qui renvoie notamment aux Mains de Jeanne-Marie.

Comme à son habitude Verlaine a regroupé des poèmes écrits à des dates très différentes et dont certains remontent à ceux qu’il écrivit en prison après le drame de Bruxelles. Le mérite de cette édition est qu’elle apporte un appareil critique des plus complets. Ainsi, on aura des notes sur chaque poème, des variantes qui donnent les premières publications, un dossier sur la réception critique, une chronologie et une bibliographie très érudite. 

Mais ce livre comporte aussi une magnifique surprise pour notre blog : la généreuse participation de Vincent Malausa qui a communiqué à Olivier Bivort un manuscrit allographe inédit de Parallèlement, par Suzanne Villani amie et probablement concubine de Verlaine, copié un mois environ avant la publication du recueil et qui comporte de précieuses annotations qu’Olivier Bivort a très bien exploitées. Vincent Malausa avait participé brillamment à notre blog en nous permettant de prouver que Rimbaud avait bien correspondu avec Louisa Siefert. J’ai donc plaisir à le citer à nouveau ici. 

Pour conclure, il faut signaler le prix attractif de 9 euros 20. Un cadeau pour un livre de cette importance. 


mardi 27 février 2018

L'homme aux semelles de vent, solution de l'énigme


Dessin de Verlaine. DR.

Il est temps de donner la réponse de la petite énigme qui m’a été soumise par un ami rimbaldien. Je rappelle que Verlaine n’a jamais écrit à notre connaissance qu’il avait nommé Rimbaud « l’homme aux semelles de vent » et on peut se demander d’où vient cette attribution verlainienne. Je remercie la personne qui a bien voulu donner une première réponse (voir l’article précédent) que je reproduis ci-dessous :

Cette expression apparaît pour la première fois dans une lettre de Delahaye à Verlaine envoyée vers la fin de l’été 1878 («  l’ « ’homme aux semelles de vent est décidément lavé. Rien de plus »). puis dans une lettre du 31 décembre 1881 toujours de Delahaye à Verlaine (« Sur ton renseignement touchant le « Monstre » [...] je réponds aujourd’hui à Mme Rimbe pour la prier de faire parvenir mon poulet si elle connaît l’adresse exacte de   «  l’Homme aux semelles de vent ».).Les guillemets utilisés montrent que Delahaye ne serait pas à l’origine de l’expression... Mais je n’en sais guère plus.


Tout ce qui est écrit dans ce message est parfaitement exact. Observons que, pour l’instant, ces lettres ne disent pas clairement que l’expression « l’homme aux semelles de vent », vient de Verlaine. Elles le laissent entendre.

Poursuivons l’enquête. On peut se demander si Delahaye n’a pas été plus clair dans des écrits ultérieurs sur ce sujet. C’est le cas d’un article de la revue d’Ardennes et d’Argone dans laquelle le témoin de Rimbaud écrit en novembre 1905, parlant de Verlaine :

Les aventures de « l’homme aux semelles de vent », comme il l’appelait, furent saluées de dizains bouffons qu’il appelait des « Coppée ».

À ce moment, le surnom de Rimbaud reste un peu confidentiel. Il appartenait à Berrichon de le faire connaître aux rimbaldiens dans sa biographie Jean-Arthur Rimbaud le poète publiée en 1912 : 

Verlaine rappelle désespérément celui qu’il appelle « l’homme aux semelles de vent » […]

Berrichon connaissait Delahaye depuis 1896 et il existe des dizaines de lettres de Delahaye à Berrichon. On peut donc être sûr que l’appellation « l’homme aux semelles de vent » a suivi la chaîne : Verlaine - Delahaye - Berrichon.

Certes, on ne peut pas avoir la certitude absolue que Verlaine est l’inventeur du surnom de Rimbaud puisque c’est un propos de seconde main, mais « L’homme aux semelles de vent » reste une trouvaille de génie qui ne pouvait être formulée que par un grand poète.On doit beaucoup à Delahaye de nous l’avoir transmise.


Je remercie Olivier Bivort pour les utiles informations qu’il m’a données.

jeudi 15 février 2018

L'homme aux semelles de vent, petite énigme.


L'homme aux semelles "devant". Paris. DR.


Un de mes amis rimbaldiens me signalait récemment qu’il s’étonnait que l’expression « l’homme aux semelles de vent » attribuée à Verlaine ne figure dans aucun texte et aucune lettre de l’auteur de La bonne chanson. Il se demandait alors d’où venait cette attribution.

Petite énigme que nous avons résolue et que je soumets avant d’en donner la réponse aux lecteurs de notre blog.

lundi 29 janvier 2018

Entretien avec Pierre Brunel dans la chambre de Rimbaud

J’ai réalisé un entretien avec Pierre Brunel, le samedi 27 janvier 2018, dans la chambre de Rimbaud, rue Victor Cousin à Paris. L’entretien sera publié prochainement sur ce blog. 

JB