vendredi 15 juin 2012

La date du portrait de Verlaine, par Jacques Bienvenu


         Le petit montage ci-dessus - qui n'est pas sans rappeler de bon vieux problèmes de calvitie - représente à gauche Verlaine dans le Coin de table et à droite la photo Carjat récemment vendue. Ces portraits semblent bien  contemporains, mais ce dernier mot reste à préciser. Revenons sur les datations proposées. Dans la première publication de La Plume, on peut voir que l'on donne à Verlaine l'âge de 26 ans, ce qui nous renvoie en 1870, Verlaine étant né en mars 1844. Cet âge est repris par la suite dans des catalogues, notamment dans celui du centenaire de la naissance de Rimbaud. Le changement intervient lorsque Matarasso qui possédait la photographie donne en 1967, en accord avec Petitfils, dans l'Album Rimbaud, l'année 1871 pour la date de la photo. Le problème est que, dans l'Album Verlaine de 1981, Pierre Petitfils change de date en précisant que la photo aurait été exécutée "peu après le mariage de Verlaine", et  nous revoilà du coup en 1870. Je ne vois pas d'où Petitfils pourrait tirer cette information qui ne repose à mon avis sur rien. L'année d'après, d'ailleurs, dans sa biographie de Rimbaud, il  dément l'année 1870  puisqu'il indique en légende du Carjat : "Paul Verlaine à l'époque où Rimbaud le connut". Mais, pour la datation, le biographe le plus étonnant  est Jean-Jacques Lefrère. Dans sa biographie de Rimbaud (p. 348), il précise que Verlaine avait posé devant Carjat en 1870 "peu avant" son mariage  (Petitfils disait "peu après" ), tandis que, dans les documents iconographiques de cette même biographie, il a indiqué pour ce  portrait en légende : "Paul Verlaine vers 1872". Du moins, il est permis de penser que la photo a été prise avant l'incident Carjat du 2 mars 1872. A vrai dire, la seule certitude est que la date de la photographie est située entre juillet 1869, époque à laquelle Carjat s'installe rue Notre-Dame-de-Lorette, et juillet 1872 quand Verlaine part de Paris avec Rimbaud. Néanmoins, si on se base sur les portraits de Verlaine du Coin de table et de Carjat, on peut penser, comme je le disais au début, qu'ils sont contemporains. Les séances de pose ont commencé au tout début janvier de l'année 1872 et les photos de Rimbaud datent d'octobre 1871. Si Verlaine qui accompagnait son ami en a profité pour se faire tirer le portrait, on est à seulement trois mois des séances de pose du Coin de table. Cela est plausible, mais évidemment on ne peut l'affirmer. C'est une hypothèse que je suggère à nouveau.

Le prochain article apportera d'importantes précisions sur les nouveaux documents iconographiques rimbaldiens.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire