mercredi 12 décembre 2012

Rimbaud et Jean Lorrain, une double mystification (suite), par Jacques Bienvenu

        Un internaute m'ayant conseillé de donner mes sources concernant le plagiat de Lorrain (voir les messages de l'article précédent), je trouve qu'il n'a pas tort et j'apporte les précisions suivantes. Les deux articles qu'on me demandait de citer sont les suivants :

Louis Forestier, « Arthur Rimbaud et Jean Lorrain : à propos d’un plagiat », dans De l’ordre et de l’aventure. Mélanges offerts à Pierre-Olivier Walzer, Neuchâtel, À la Baconnière, coll. Langages, 1985, p. 33-41 ; André Guyaux, « Jean Lorrain et les Illuminations : la citation clandestine », Travaux de linguistique et de littérature (Strasbourg), t. XXIV, 1986, p. 93-107.

      Pour l'article de Louis Forestier, il concerne un plagiat de Lorrain qui n'est pas celui dont j'ai parlé. Il s'agit d' une nouvelle, La Robe mauve, publiée dans L’Écho de Paris du 13 juillet 1891, où l'on observe des emprunts à Enfance III.

         Pour ce qui est du second plagiat, le plus "connu", il a été signalé en premier lieu par Georges Maurevert dans son Livre des plagiats publié en 1922. Comme il le rappelle dans son ouvrage, il avait retrouvé en 1898 les manuscrits du dossier Forain, découverte qu'il avait gardée secrète pendant huit ans avant de la confier à Ernest Delahaye ! Voici les pages où le plagiat est révélé avec d'autres précisions que celles de l'article du pseudo Verlaine :





        Par la suite, André Guyaux reprenant cette question a prouvé définitivement que Verlaine n'était pas l'auteur de la dénonciation du pastiche. En effet, il a eu accès au manuscrit de la lettre envoyée à L’Écho de Paris par le pseudo Verlaine, manuscrit qu'il a reproduit dans son article cité précédemment. Elle faisait partie de l'ancienne collection de Pierre Petitfils. Elle n'est pas de l'écriture de Verlaine. Il a bien voulu me communiquer une copie de cette lettre que je reproduis ici et je l'en remercie vivement.
   En ce qui concerne ce manuscrit, il pourrait donner la réponse pour mon hypothèse que cette lettre a été envoyée par Lorrain. Si c'était l'écriture de Jean Lorrain, cela résoudrait la question. Si ce n'est pas l'écriture de Lorrain, cela ne prouverait pas que Lorrain n'est pas à l'origine de la lettre car il aurait pu dissimuler son écriture sous celle d'un ami pour ne pas se dévoiler. Un lecteur connaissant l'écriture de Lorrain pourrait peut-être nous renseigner ?

Le 13/12. J'oubliais la dénonciation d'Hector Fleischmann en 1904 dans Le Massacre d'une amazone. Quelques plagiats de M. Jean Lorrain.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire