mardi 14 avril 2020

Les Éffarés, Murillo et Ribot

RESTEZ CHEZ VOUS


Le jeune mendiant, Murillo. DR.

Nous avons parlé récemment des Éffarés de Rimbaud, le poème préféré de Verlaine. Selon lui l’art le plus proche de ce poème était la peinture, un « petit cuadro » écrivait-il dans les Poètes maudits. Il citait Goya, mais on a pas assez remarqué qu’il avait parlé de Murillo qui est justement, plus que Goya, un peintre des enfants pauvres. En tête de cet article nous avons placé Le jeune Mendiant .

Armand Silvestre dans son article sur les Vilains Bonshommes, en 1887, commente ainsi les Éffarés : « N’est-ce pas d’une jolie peinture et rappelant la palette de Ribot ? » 

On connaît moins  Ribot que Murillo ou Goya. Voici une peinture qui pourrait illustrer le commentaire d’Armand Sylvestre :
Scène de cuisine, Théodule  Augustin Ribot. DR.

À noter que Théodule Augustin  Ribot  était un grand ami de Fantin-Latour et d’Armand Silvestre. Il a pu assister aux dîners des Vilains Bonshommes et a pu aussi connaître le Coin de table de Fantin. Des recherches pourraient être entreprises à ce sujet.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire